LE OFF se veut non-violent, amical, familial, ouvert sur le monde, sur la poésie, la bande dessinée, les lettres, nous défendons la liberté d'expression, le OFF n'a aucune couleur politique... nous sommes de simples éditeurs, indépendants, heureux de publier de beaux livres et navrés de voir disparaître le livre des librairies...(ne restera-t-il bientôt plus que des produits culturels ?).

Nous ne sommes pas des exclus du IN puisqu'il suffit de payer pour en être ! Laurent d'Ursel, détaché de presse sa performance de presse est désormais sur youtube http://www.youtube.com/watch?v=izI6wUpgHG8&e  ;

* qui est in , qui est OFF ? , http://www.youtube.com/watch?v=iUto0IthskA&NR=1

> Télécharger l'affiche du OFF
   

LE BLOG DU OFF est OUVERT !!!!
cliquez ici
                                            http://www.le-off.be/                 et   http://www.escaut.org/

et le my space : http://www.myspace.com/le_off

Samedi 8 mars 2008
L'ESCAUT - 17 à 19h00
Rencontre : Des Femmes de Chair et d’Encre…

Sous-titre : Bruxelles : Clitoris de l’Europe ?
Invité : le public (invité d'honneur),...Doubles occasions font doubles
larron(e)s. Ce 8 mars est d’abord la Journée internationale de la
Femme, des Femmes… Nous rencontrerons quelques brillantes auteures
bruxelloises provenant de divers horizons : la philosophe et romancière
Véronique Bergen (Kaspar Hauser ou la phrase préférée du vent, Denoël), la
comédienne et poète Laurence Vielle (État de Marche, Bookleg Maelström),
la psychologue, sexologue et romancière Sophie Buyse (Autopsy,
Maelström), l’écrivaine et culturiste Nathalie Gassel (Récit plastique, Le
somnambule équivoque), la jeune romancière Joëlle Sambi (Le monde est gueule
de chèvre, Biliki), et la poète bruxelloise-parisienne Gwenaëlle
Stubbe (Salut, Salut Marxus, Al Dante).

2008 sera également l’occasion de fêter avec Mai 68, un autre « 40ème
anniversaire » : celui du Théâtre-Poème, haut lieu de rencontres,
découvertes, créations qui rayonne depuis Bruxelles sur toute la francophonie
et même au-delà, lieu fondé et animé avec ferveur et passion par une
grande femme : l’infatigable Monique Dorsel. Une femme qui est au cœur
de ce processus de découvertes de jeunes auteurs ou bien d’auteurs
plongés dans l’oubli par tous les « mainstreams » s’étant succédé depuis 68…
L’amour, les lettres et l’écriture, désirs, sensualités et sexualités…
des Bruxelloises de chair et d'encre se dévoilent ?

Le personnel de La Maison du Livre de St Gilles, partenaire du OFF,
vous proposera une lecture de "Projet d'une loi portant défense
d'apprendre à lire aux femmes - 1801 " de Sylvain Maréchal.

Autour de ces femmes, la photographe Valérie Carro a tenté d’en capter
les visages, tensions, expressions, dans des portraits qui seront
projetés lors de la rencontre…

----------------------------------------------------------

Dimanche 9 mars 2008 à 17h30
Faut-il "Roegiers" de honte ?
La performance de Laurent d’Ursel avec une guillotine, 5 livres et
Patrick Roegiers en personne est confirmée au OFF.

° ce dimanche 9 mars à 17.30h, se sont produits les évenements destinés à le faire. Et cela en moins d'une heure face à un public demandeur d'encre fraiche répandue au pied de la splendide guillotine servie par son habile constructeur.  Sans que le réquisitoire implacable de Laurent d'Ursel s'interrompe autrement que pour de brèves interruptions pendant lesquelles il servait d'ailleurs-avec la dignité requise- d'aide-bourreau pour l'exécution capitale de chacun des 5 livres de Patrick Roegiers ici mis en accusation .                                                                                 Ceux ci, qui étaient concernés par le rude plaidoyer d'un Laurent d'Ursel manifestement imprégné  des austères devoirs de la charge qu'il s'était imposé, n'avaient d'ailleurs aucune chance d'échapper au chatiment destiné à expier leur non-belgitude ou leur crime d'incitation à la débelgisation, (incitation fatale  fournie par leur auteur Patrick Roegiers) , lequel coupable d'exil parisien et d'incitation au stéréotype belgoïde rassurant pour public mal informé donc francais, comme l'affirma à plusieurs reprises le procureur furieux qui officiait sans désemparer, n'avait aucune chance d'adoucir le fatal verdict de décollation par la tranche ou la garde et la couverture qui allait s'abattre sur ses oeuvres. Que la justice passe ! Et elle allait le faire...

INFO
http://www.le-off.be
http://blog.le-off.be